Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram

©2020 Les Chatons d’Or
Powered by Sunglasses - Mentions Légales - Site par Pearl Design

Que sont-ils devenus ?

Entrevue d’un Chaton d’Or

Agé de 25 ans maintenant, notre Bruxellois (une fois !) Maxime Damo, Chaton d’Or 2015, revient sur son expérience festivalière et féline. Alors place au moment émotions et retrouvailles !

Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Maxime Damo, j’ai 25 ans et j’habite à  Bruxelles en Belgique.

Que fais-tu maintenant ?

Je travaille à Publicis Groupe Bruxelles en tant que créatif. Cela fait 4 ans que j’y suis, j’ai eu l’occasion de travailler sur divers clients comme Renault, BNP Paribas, Orange, Nescafé. Carrefour… J’ai aussi eu la chance de gagner un Eurobest ainsi qu’atteindre les shortlists des Cannes Lions. 

Où peut-on découvrir ton travail ?

Il faut me suivre sur Linkedin, pardi ! Sinon, je me suis aussi lancé dans un projet artistico-publicitaire: NOK. 

NOK, c’est une plate-forme qui permet aux créatifs de transformer leurs idées de publicités refusées en créations artistiques.  

D’un TVC à une nouvelle, d’un print à une peinture, d’une activation à une sculpture… On garde le concept, on retire la marque et le bullshit marketing et – pouf ! – ça fait une œuvre d’art ! Le projet est ouvert à tous et les œuvres se consulte sur instagram ou sur www.itsnok.com 

 

Tu préfères les chatons noirs ou dorés ?

Doré évidemment, gold is bold  !

À quelle portée de Chatons d’Or appartiens-tu ?
Quel projet t’a permis de briller ?

Lauréat de la catégorie Print en 2015 grâce à une série de print pour FedEx. 

Comment est née ton idée ?

J’étais en stage chez JWT (Bruxelles) et je travaillais sur un briefing pour une société de transport routier. Afin de prouver la rapidité du service, l’idée de mélanger deux villes en alliant typo et symbole m’est venue. Le DC de l’époque n’avait pas validé l’idée, mais j’y croyais tellement que j’ai décidé de lui donner une seconde vie en l’adaptant pour la marque FedEx. 

Pourquoi as-tu participé à ce festival ?

Se lancer sur le marché compétitif de la pub, ce n’est pas facile. C’est pour cela que je voyais le festival comme une opportunité de se faire remarquer et de mettre mon travail sur le devant de la scène. En gagnant, ce fut le cas. 

Qu’est devenu ton projet ensuite ?
Ronronne-t-il toujours ?
D’autres personnes se sont-elles jointes à toi ?

Ces prints sont bien au chaud dans un dossier, en train de profiter d’une retraite bien méritée.