Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram

©2020 Les Chatons d’Or
Powered by Sunglasses - Mentions Légales - Site par Pearl Design

JURY 2020

Entrevue féline

Luc BARRUET
Directeur – Fondateur de Solidarité Sida & Solidays 

Parlez-nous de vous : qu’est ce vous fait ronronner ? 

La bienveillance, l’empathie, la solidarité. Sans oublier le lien social et le sens collectif. Et encore plus quand ce sont les jeunes qui en sont les acteurs.
A Solidarité Sida, nous leur devons beaucoup. Grâce à leur enthousiasme et leur détermination, de Marseille à Bangkok, de Niamey à Bucarest nous avons pu réduire la détresse humaine.

Qu’est-ce qui vous fait hisser le poil ? 

Les inégalités, l’injustice et les dérives du capitalisme néo-libéral. Comment peut-on accepter l’obsolescence programmée ou le cynisme de certains de nos dirigeants. J’ai été par exemple profondément indigné par une interview récente de Geoffroy Roux de Bézieux, le patron du Medef. En pleine crise du Covid-19, celui-ci a osé demander au gouvernement un moratoire sur les réglementations climatiques pour « protéger » les grosses industries. Il y a de quoi être inquiet sur notre capacité collective à répondre aux défis qui s’imposent à nous.

Plutôt chat de gouttière ou chat de race ? 

J’ai toujours eu un faible pour Thomas O’Malley dans les Aristochats.

C’est comment pour vous de faire « autrement » ? 

Croire à l’intelligence humaine et au courage politique pour améliorer le quotidien du plus grand nombre.

Des projets à venir ? 

Trouver les solutions à l’annulation de Solidays. L’avenir du festival, de Solidarité Sida et de dizaines de programmes de prévention et d’aide aux malades à travers le monde en dépend.

Pourquoi est-ce important pour vous de soutenir un festival engagé ? 

Il me semble primordial dans la période actuelle d’éduquer, de transmettre des idées, des valeurs, de maintenir les consciences éveillées. A chaque fois que mes responsabilités me le permettent, je réponds présent.

Quelques mots pour résumer le festival des Chatons d’Or ? 

Il est toujours profitable de faire confiance à la jeunesse pour changer le monde. Les enjeux sont là, nombreux et cruciaux. Je ne veux pas vieillir dans un monde ou les intérêts économiques prennent le pas sur les biens communs et l’intérêt public.